La tour sombre #2 : Les trois cartes ♣ Stephen King

La Tour Sombre

Échoué sur une plage peuplée de monstres, gravement blessé, Roland de Gilead se retrouve face aux trois portes qui jalonnent sa route vers la Tour Sombre, son but ultime. Par elles, il parcourra l'espace-temps, rencontrera trois compagnons insolites et reverra Jake, cet enfant dont le souvenir le hante et qui semble nécessaire à sa quête. Alors que le temps devenu fou joue contre lui et les siens, le Pistolero saura-t-il démasquer ses noirs ennemis, magiciens et démons ligués pour s'emparer de la Tour? Est-il prêt pour cela à partager son idéal, en s'en remettant au ka - le destin? C'est pour lui l'heure de vérité...


Mon avis

Ayant lu le premier tome de cette série en 2012, je pensais être totalement perdue en débutant la lecture des Trois cartes mais en fait, pas du tout. Cet univers est tellement complexe et original que je pense qu'il est impossible d'en oublier les points essentiels. D'autant plus que Stephen King a eu la bonne idée de nous gratifier d'une remise en mémoire du Pistolero au début de ce tome-ci.

Et puis, nous démarrons ce tome en compagnie de Roland sur une plage désolée, en compagnie de créatures qui n'y vont pas de main morte avec notre protagoniste. Tout ça pour dire que les événements passés n'ont d'importance que pour cerner la psychologie de Roland et du pourquoi de ses actes futurs. Enfin,  je veux dire qu'évidemment l'histoire précédemment narrée n'est pas inutile hein. Surtout que ses démons du passé vont resurgir dans sa quête vers cette fameuse Tour dont au final, on ne sait toujours pas grand chose. C'est vraiment ce qui fait la particularité de cette série. Le fait qu'on s'embarque dans une aventure dont on ne sait pas grand chose. On part dans l'inconnu et ça donne encore plus envie de savoir pourquoi le dernier Pistolero veut à tout prix atteindre son but.

Pour ce faire, le dessein va lui tirer trois cartes afin de l'aider à remplir sa quête. Trois cartes = trois portes menant vers une époque dont Roland ignore tout ou presque = trois nouveaux personnages qui vont s'introduire contre leur gré dans la vie de Roland.

Si Eddie ne m'a pas particulièrement convaincue comme personnage, la dualité de la personnalité de Detta/Odetta est tout à fait remarquable. Cette femme tantôt haïssant les blancs, tantôt gentille comme une crème permet vraiment de se poser la question de sa place dans l'histoire. Et puis, c'est en quelque sorte elle qui mènera Roland à réaliser le but de la troisième et dernière porte. Porte qui mène à un récit beaucoup plus rythmé que précédemment et qui va mêler plusieurs éléments connus afin de les dénouer.

Bref, ce fut un tome globalement très lent. On n'avance pas beaucoup dans la quête de Roland et la recherche des cartes ne fut pas toujours des plus intéressante. Il m'a manqué le côté western que j'avais apprécié dans le tome 1 ainsi que le mélange des mondes que l'on ne connaît pas. Ici, on se retrouve la plupart du temps à notre époque (ou quelques décennies en arrière) manquant par conséquent cette touche fantasy et originale. Hormis les "homarstruosités" qui dénotent la pointe de créativité incongrue de l'auteur, le reste du paysage est somme tout classique. Enfin, il s'agit quand même d'un point obligé pour la suite des aventures du Pistolero dont je lirais bien évidemment la suite, mais pas tout de suite. Le temps pour moi de digérer tout ça.


Ma note
15/20
 *********************************

  
 





Commentaires