Les Archives de Roshar #1 : La voie des Rois #1-2 ♣ Brandon Sanderson

Les Archives de Roshar

Roshar, monde de pierre et de tempêtes. Des siècles ont passé depuis la chute des Chevaliers Radieux mais leurs avatars, des épées et des armures mystiques qui transforment des hommes ordinaires en guerriers invincibles, sont toujours là. Pour elles, les hommes s'entre-déchirent. Dans le paysage dévasté des Plaines Brisées, Kaladin, enrôlé de force, lutte dans une guerre insensée qui dure depuis dix ans, où plusieurs armées combattent séparément un unique ennemi. Dalinar Kholin, chef de l'une de ces armées, est fasciné par un texte ancien appelé La voie des Rois. Hanté par des visions des temps anciens, il commence à douter de sa santé mentale. De l'autre côté de l'océan, la jeune et ambivalente Shallan apprend la magie, et découvre certains secrets des Chevaliers Radieux...

 ♥ COUP DE COEUR  ♥


Un coup de cœur comme il est rare d'en avoir. En fait, c'est plus un coup de foudre pour le personnage de Kaladin que pour l'histoire en elle-même. D'ailleurs, j'ai tellement eu du mal à m'en remettre que je vous publie seulement maintenant mon avis alors que j'ai littéralement dévoré ces deux premiers tomes en une semaine à la mi-mars. Et pourtant ce sont des pavés qui font 1400 pages réunies. C'est dire que cette histoire restera gravée longtemps dans ma mémoire, au même titre que Fils-des-Brumes  même si c'est pour une toute autre raison ^^.
C'est aussi la raison pour laquelle je vous livre un avis sur les 2 tomes en même temps. Non seulement, l'histoire est indivisible mais en plus, originellement, il s'agit d'un même et unique tome scindé en 2 en français pour un meilleur "confort" de lecture, et approuvé par l'auteur qui à lui-même exécuté cette séparation. 

Il est des livres comme ça qui sont de véritables pépites sans que l'on sache vraiment pourquoi et Les Archives de Roshar en fait partie.

Je ne peux qu'approuver les recommandations pour cette saga de Brandon Sanderson ayant reçu le prix David Gemmel du meilleur livre fantasy en 2011 et 2015 pour les 2 tomes respectivement. Il est puissant, riche et extrêmement bien développé que ce soit dans la psychologie des personnages ou dans la construction de l'univers. 



La voie des rois, ça raconte quoi?

Tellement de choses qu'il est impossible d'en décrire le contenu.
Grâce à l'alternance des points de vue, on y suit deux facettes aussi intéressante l'une que l'autre située dans le même royaume : Roshar. D'un côté - Shallan - apprentie escroc qui, pour le besoin de sa famille, est partie devenir la pupille de la plus puissante et érudite des femmes de Roshar maîtrisant la magie. Passant son temps entre les rayonnages de la bibliothèque centrale, en découle alors tout un apprentissage autant personnel que culturel qui conduit plus loin que je l'aurais imaginé dans la compréhension du passé et de l'utilisation de la magie.
Ensuite, vient l'énigmatique Kaladin. Homme de pont forcé, autant dire personne, il va devoir faire face à la réalité d'une guerre futile dans les Plaines Brisées, là où la durée de survie ne tient qu'à quelques jours. Porter un pont pour permettre aux armées de traverser des gouffres et se voir ensuite être la cible de flèches mortelles, tel est son fardeau quotidien.
Enfin, toujours dans les Plaines Brisées, la place est donnée à Dalinar. Guerrier possédant une armure millénaire lui conférant la force nécessaire pour combattre l'ennemi et obtenir la récompense qui lui ouvrira la porte à la fortune et plus encore, au pouvoir. Homme qui se révèle être le moins impitoyable de tous et qui va, par la force des choses, se rendre compte que le passé est aux portes du présent. 

Et au milieu de tout ça? 

Un univers fantasy qui nous offre un panel de coutumes très différentes entre les royaumes. Une multiplicité culturelle étonnante car ce qui a de la valeur pour certains n'en a pas pour les autres. Comment créer autant de diversité au sein d'une même histoire, je me le demande encore car c'est très appréciable pour être surprise à chaque instant et toujours vouloir en apprendre plus sur ce qui nous est raconté. Et tellement bien raconté. Certes, je me doute que 99% du livre vo est dû à l'auteur mais il faut reconnaître un certain talent à Mélanie Fazi pour réussir aussi magnifiquement bien à retranscrire les pensées de l'auteur original. Il faudra un jour que je tente un roman de Brandon Sanderson en anglais pour voir ce que cela donne "en live".




Et puis, il y a ce côté addictif totalement incongru dans une histoire fantasy aussi dense que celle-ci. Cependant, c'est le tour de force que réussi à tous les coups cet auteur de grand talent. Les fragments d'histoire de chacun sont disséminés à travers le récit. Lentement. De telle sorte qu'il est impossible d'abandonner sa lecture. Chaque détail révélé nous en dit un peu plus sur la personnalité actuelle du personnage. Même de ceux qu'on ne voit pas beaucoup mais qui recèlent une importance capitale pour la suite.

Il y a très peu de personnages principaux mais ça ne rend le récit qu'encore plus fort avec une profondeur dans la personnalité de ces derniers qu'ils paraissent presque réels.
Se concentrer sur eux, si différents les uns des autres, permet à la fois d'englober plusieurs facettes de Roshar et de son système. Et en même temps, on se focalise sur l'important, sur ce qui est essentiel de comprendre à travers leurs yeux et leurs mésaventures.
Au final, malgré un nombre de protagonistes restreint, on en apprend peut-être plus que s'il y en avait 10.

Kaladin est sans conteste le summum des personnages masculins qu'il m'a été donné de rencontrer. Un peu au même titre que Vin dans Fils-des-Brumes. Il dégage une aura tellement puissante et intense que j'ai vraiment tissé un lien particulier avec lui.

Le paysage de Roshar, quant à lui, est très particulier je trouve. D'habitude, j'imagine toujours plein de verdure quand je lis de la fantasy ainsi que des rivières et des cités moyenâgeuses. Alors qu'ici, il ne me semble pas avoir lu aucune de ces choses. Kaladin se retrouve dans une plaine désertique et Shallan dans une cité construite à même la roche. C'est assez déprimant maintenant que j'y pense. Heureusement, les tenues pour le moins originales des gens donnent un peu de couleur dans tout ça. Je sais qu'il s'agit d'une pensée abstraite à évoquer mais finalement, Brandon Sanderson décrit tellement souvent ces détails que je me dis que cela ne peut être qu'important. Qu'il y a une raison à ce contraste.
En parlant de contraste, il y a aussi les animaux qui sont tout en carapaces alors que les hommes ont très peu de protection. L'être humain a toujours pris son inspiration de la nature pour évoluer mais dans ce récit, il n'en tire pas parti. Sauf Kaladin qui met a profit ses observations, comme s'il avait une évolution qui lui était propre, à l'opposé des autres. Du coup, je me questionne sur le fait que l'auteur l'a peut-être fait exprès. Pour que Kaladin possède une certaine "supériorité innée et acquise" par rapport à ceux qui le croient faible et qui s'efforcent de le rabaisser à une condition de "sous-homme", en l'occurrence homme de pont. Après, c'est juste un ressenti personnel où je me fais des films toute seule et il n'y a aucune intention de la sorte de la part de Brandon Sanderson.



Et puis encore une fois on a droit a une magie aussi unique qu'elle est intrigante et élaborée. Et pourtant, c'est tellement subtil que c'est en crédible. C'est fascinant de voir évoluer ainsi un système magique tel que celui-là qui paraît ancré dans le monde qui l'entoure et où cependant beaucoup de mystères l'entoure encore

En bref, un livre épique aux confins de l'inimaginable avec un Brandon Sanderson au sommet de son art dont la plume inégalable continue encore et toujours à me subjuguer.

************************

Commentaires