Du feu de l'enfer ♣ Sire Cédric

Manon maquille les cadavres, Ariel maquille les voitures. Elle est thanatopractrice, il est délinquant. Ils sont frère et sœur. Un jour, l'une des combines d'Ariel tourne mal et Manon se retrouve complice malgré elle. Lorsque les assassinats les plus sordides s'accumulent autour d'eux, traçant un jeu de piste sanglant vers une secte satanique, le capitaine Raynal s'intéresse à leur cas. Commence alors une traque qui brouillera les limites entre alliés et prédateurs et mettra à l'épreuve les liens du sang.
Du feu de l'enfer
Sire Cédric
Editeur : Presses de la Cité
Parution : 9 mars 2017
Genre : Thriller
560 pages

5/5

Avec « Du feu de l’enfer » Sire Cédric arrive encore une fois à me surprendre là où je ne l’attendais pas.
Sous les airs d’un thriller très classique, il manie l’art d’entretenir le mystère à la perfection, où la tension ne va que crescendo tout en nous faisant frissonner d’angoisse. Mais attention car pour une fois, ce n’est pas tant le récit qui fait froid dans le dos mais bien le déclin des mises en situation subies par les personnages et ce, au grand désespoir du lecteur.

Un enchaînement d’événements rocambolesques où tout va de mal en pis. Les protagonistes – Ariel et Manon - sont pris dans un tel engrenage qu’il n’y a plus rien à espérer pour qu’ils s’en sortent.
Oh combien j’ai secoué mon livre (enfin… ma liseuse xD) à cause de mon impuissance face aux événements dont je n’ai rien pu faire mis à part tourner les pages de plus en plus vite en souhaitant que tout aille bien. Raté !

Quant on pense que les problèmes s’amorcent à partir d’un simple délit qui aurait juste dû être passé aux oubliettes comme tant d’autres ! Mais les personnes auxquelles Ariel s’est frotté ne sont pas les bonnes et malheureusement pour lui, ne comptent pas en rester là.

On comprend très vite que tout ce qui dégénère n’est pas le fruit du hasard mais qu’une organisation machiavélique prête à tout pour assouvir leurs vices se cache dans les tréfonds inoccupés de la France. On va loin dans la perversion humaine où tout est permis sans frein et le mystère s’étoffe autour de cette société mais très vite, un schéma se dessine. J’ai beaucoup aimé le tableau tout en subtilité d’un réseau caché de tous qui joue avec le pouvoir, manipule ceux qui pourraient leur nuire.
Secte secrète ou juste timbrés fanatiques, la frontière est mince pour le lecteur.

Comme d’habitude avec Sire Cédric cet ouvrage est excellent mais il me manque ce coté paranormal qui aurait dû planer tout au long de l’intrigue et auquel l’auteur nous a si souvent habitués.
Cela ne m’a pas empêché de dévorer ce livre avec un plaisir non dissimulé. Aucun de ses récits n’est pareil à un autre et c’est pourquoi on se délecte autant de lire ces quelques lignes malgré tout. Déambuler dans les méandres obscurs de l’esprit créatif d’un auteur de thriller en se demandant à chaque fois ce qu’il a bien pu nous réserver est plus que plaisant. Etant donné que j’aime quand le récit est un peu sanglant, je m’y suis tout de même retrouvée surtout quand on y ajoute des petits recoins sombres et des demeures délabrées. De quoi bien être plongée en enfer et faire parler nos peurs.

Pour énoncer un peu plus Ariel et Manon, je dois dire qu’une fois n’est pas coutume, on a droit à un protagoniste totalement déplaisant. Je parle d’Ariel qui est lâche même après tout ce que sa sœur fait pour lui. Il ne lui vient même pas à l’esprit qu’un juste retour d’ascenseur serait la moindre des choses. Le pire, c’est qu’il en est conscient. Car à la place de Manon, on explose de rage face à ce comportement pour lequel on reste impuissant.
On a juste envie de le baffer ou de le pousser du haut d’un pont pour qu’il réalise la chance qu’il a d’avoir quelqu’un comme Manon dans sa vie.
Vous l’aurez compris, dans cette histoire, au-delà de l’intrigue « policière » c’est surtout un portrait psychologique relationnel intéressant entre un frère et une sœur que nous dépeint l’auteur.
D’autant que d’autres personnages viennent y mettre leur grain de sel et je dois avouer que j’ai adoré les retournements de situation qui y sont liés. Certes, j’ai déduit le twist final assez rapidement mais cela n’a pas gâché ma lecture, que du contraire. J’attendais de voir comment les choses allaient s’amorcer.

Bref, une pointe de mystère planant autour d’une société secrète aux mœurs dissolues, un soupçon d’ambiance glauque et un duo de personnages pris dans un engrenage tel qu’on ne voit pas le bout du tunnel. Voilà la recette parfaire de ce roman.

Je remercie les éditions Presses de la Cité et NetGalley France pour l'envoi de ce livre en ebook qui ne tardera pas à rejoindre ma collection au format papier.


NB : Chers auteurs, évitez les prénoms issus des princesses Disney car imaginer un homme avec des cheveux rouges et une queue de sirène est très bizarre dans le contexte d’un thriller.
NB2 : J'ai eu la chance de pouvoir rencontrer Sire Cédric à La Foire du Livre de Bruxelles pour la première fois et je suis trop contente. Première dédicace et certainement pas la dernière ^^ Du coup, hop on en profite pour faire une petite photo pour la route. Merci à la personne qu'il l'a prise, surtout après 1h30 d'attente mais ça permet aussi de faire de chouettes rencontres dans la file et de papoter un peu ^^.




Commentaires

  1. Du feu de l'enfer sera ma prochaine lecture. J'ai hâte!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te souhaite un très bonne lecture dans ce cas ^^

      Supprimer
  2. Ca sera une de mes rochaines lectures pour sur, j'ai adoré tous ses livres jusque là, je pense que j'aimerais celui ci aussi :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'espère aussi. Il est un peu différent mais quand même très bon. Bonne lecture ^^

      Supprimer

Enregistrer un commentaire