Shades of magic #1 : A darker shade of magic ♣ V.E. Schwab

V.E. Schwab
Kell est l'un des derniers "voyageurs" - ces magiciens ayant la capacité rare de traverser les univers parallèles, connectés par une entité magique.
Il y a le Londres Gris, sans magie et gouverné par le roi colérique George III. Le Londres Rouge où la magie est respectée et où Kell fut élevé aux côtés de la famille royale. La Londres Blanche où les habitants luttent pour contrôler le peu de magie rémanente mais la magie contre-attaque. Et il était une fois la Londres Noire...
Officiellement, Kell est un "voyageur" Rouge, distribuant des lettres entre les différents monarques. Mais officieusement, c'est un contrebandier qui joue avec le feu pour emporter des objets d'un Londres à l'autre. Ainsi, son évasion du Londres Gris le conduit à rencontrer Delilah, une pick-pocket ayant peu d'aspiration et qui va forcer Kell à l'inclure dans son aventure. Mais cette aventure va se transformer en mission pour sauver les mondes.
Editeur : Titan Books / Lumen (en vf)
Parution : 27 février 2015 / 8 juin 2017 (en vf)
Genre : Fantastique / Fantasy
384 pages

 Série en 3 tomes terminée en vo

Note : 5/5
« I’d rather die on an adventure than live standing still »

Je ne sais pas encore si A darker shade of magic est un coup de cœur mais en tout cas, c’est une excellente lecture. Complexe, avec des personnages recherchés, tout est fait pour plonger le lecteur au sein de ces Londres, aux côtés des 2 protagonistes : Kell et Lila.

Ce qui est génial avec ce livre, c’est le temps que prends V.E. Schwab pour expliquer les choses. Ainsi, à travers Kell, le lecteur apprend qu’il existe plusieurs Londres indépendants les uns des autres mais interconnectés via des portes ouvertes par une poignée de personnes capables de cela : les Antari.
J’apprécie le fait que le début de l’histoire prenne son temps. Une introduction qui permet ensuite de s’immerger totalement dans les différents Londres et ce, sans confusion.
D’autant que je retrouve cette noirceur du récit que j’ai adoré découvrir dans Vicious. Cette ambiance pesante où la menace peut se trouver à chaque coin de rue.

Tout un système de magie est développé et ce qui de prime abord semble simple, nous paraît de plus en plus complexe au fur et à mesure du déroulement de l’histoire.
Mais pour une fois, ce n’est pas la « bonne  magie » qui est exploitée et c’est véritablement ce qui est intéressant. De savoir qu’elle possède une essence qu’il faut prendre le temps d’apprivoiser. Que le revers d’un tel pouvoir peut être néfaste s’il est mal exploité.

Ici, on nous dépeint la magie comme quelque chose de dangereux, qui peut vite devenir désastreux lorsqu’on essaie de la dominer. V.E. Schwab la décrit comme une entité qui doit « vivre » en harmonie avec celui qui la maitrise et du coup, il y a une relation qui est bien développée avec cette dernière. Comme un personnage supplémentaire qu’il nous faut appréhender. La rareté aussi de celle-ci renforce encore cet attrait pour en appendre plus sur la maîtrise de ceux qui la possède.

Par conséquent, il y a des passages qui sont très prenant et cette atmosphère de danger qui commence à entourer Kell et Lila nous emporte littéralement dans l’action. L’intrigue va crescendo avec une montée d’adrénaline au plus on tourne les pages.
Il y a des détails qui semblent sans importance de prime abord mais qui révèlent une grande intelligence dans la construction de cet univers qui ne reste pas en surface. Il est bien complet et c’est aussi appréciable puisque rien n’est laissé en suspens ni au hasard.

Concernant les personnages, Kell n’est pas sans peur et sans reproche et il en a bien conscience. Il n’a pas envie de faire la tâche qui lui incombe et encore moins seul.
Lila en revanche, est une tête brûlée qui n’attend plus rien du monde dans lequel elle vit.
Elle a soif de plus et voit dans Kell une occasion de vivre une aventure. Elle est presque trop lasse de vivre en tant que « grise » mais aller dans le « noir » et l’inconnu peut lui faire peur même si elle est prête à prendre ce risque au péril de sa vie.
Cette vulnérabilité des personnages, même secondaires rend l’histoire plus crédible et un certain attachement pour eux commence par nous envahir.


En résumé, j’ai pris un immense plaisir à savourer chaque page et ce, jusqu’à la dernière.


Commentaires

  1. J'avais quasiment autant aimé que toi ce tome, j'avais juste un peu reproché le manque d'intrigue secondaire ^^
    mais c'est vrai que c'est vraiment super sympa ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, je ne savais pas que tu l'avais lu. Tu as lu la suite aussi?

      Supprimer
  2. Ta chronique me donne très envie de le lire, ca fera une très bonne lecture pour les vacances ;)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire